le Mercredi 24 juillet 2024
le Mardi 21 mai 2024 10:55 Arts et culture

Des rencontres et des choix de lecture au Salon du livre

Le jeune Miras Chalak et sa mère Lyailya Makhambet. 
 —  Photo : Mehdi Mehenni Le Voyageur
Le jeune Miras Chalak et sa mère Lyailya Makhambet.
Photo : Mehdi Mehenni Le Voyageur
Des visiteurs du Salon du livre du Grand Sudbury 2024, rencontrés entre le 9 et le 12 mai, à la Place des Arts (PdA), ont partagé avec Le Voyageur leur choix de lecture. Témoignages.
Des rencontres et des choix de lecture au Salon du livre
00:00 00:00

Le jeune Miras veut explorer le monde des caméléons 

Miras Chalak a choisi d’acheter comme lecture, au Salon du livre du Grand Sudbury 2024, Conte du caméléon et autres récits qui font du bien des autrices Joujou Turenne et Jenny Bien-aimé, paru dans les éditions Planète Rebelle.   

Accompagné de sa mère Lyailya Makhambet, le jeune élève de 4e année à l’École publique Hélène-Gravel, a assisté à la présentation de ce livre jeunesse, ce qui lui a donné envie d’explorer le monde des caméléons.  

«L’atelier autour du livre était tellement amusant qu’il était devenu urgent pour lui de l’acheter pour le lire ce soir même. Il était très excité», témoigne Lyailya Makhambet, une sudburoise originaire du Kazakhstan.

Loanna Thomaseau, une participante au Salon du livre. 

 

 

Photo : Mehdi Mehenni 

Loanna Thomaseau et sa lecture sur la résilience 

Loanna Thomaseau, qui s’est déplacée de Toronto pour participer au Salon du livre du Grand Sudbury, a choisi pour lecture Les voix du chemin de l’auteur d’origine haïtienne Gabriel Osson.  

«Il y a d’abord Les Éditions Terre d’accueil qui ont  suscité mon intérêt, puisque la maison publie pas mal de livres d’auteurs afrodescendants. Ça me parle forcément étant d’origine afro-antillaise», indique-t-elle. 

Loanna Thomaseau a acheté plusieurs livres, mais son coup de cœur reste Les voix du chemin, comme elle connaît déjà l’auteur, et que l’histoire lui rappelle un peu son propre cheminement. 

«Je suis originaire de la Guadeloupe, mais je né à Paris et j’ai immigré au Canada. Mon cheminement n’a pas été simple, surtout après la pandémie, avec tous les défis d’être une femme et une  jeune maman. Et dans ce livre, l’auteur raconte son histoire et toutes les souffrances qu’il a endurées, avec la maladie et en perdant notamment sa fille. Mais il fait preuve de grande résilience et c’est une grande leçon de courage pour nous toutes et tous», témoigne-t-elle.

Marcel Vaillancourt est heureux de faire dédicacer son choix de lecture par Marie-Paule Charette-Poulin. 

Photo : Mehdi Mehenni 

Le choix politique et sudburois de Marcel Vaillancourt 

Le journaliste et historien Marcel Vaillancourt a choisi pour lecture au Salon du livre du Grand Sudbury, le livre Elle a osé réussir de Marie-Paule Charette-Poulin, ancienne animatrice et responsable de la radiotélévision, ancienne membre du Sénat du Canada et néanmoins ancienne présidente du parti libéral du Canada. 

Son livre, paru dans Les Presses de l’Université d’Ottawa, retrace son parcours, ses combats politiques et sa résilience face à l’adversité des hommes et de la vie, des thèmes qui passionnent aussi bien les uns que les autres Marcel Vaillancourt.   

«Je lui ai parlé récemment pour lui partager un article que j’avais écrit à son sujet dans le magazine Le Chaînon et je lui ai promis de me rendre à sa causerie dans le cadre du Salon, pour me faire dédicacer son livre. C’est une dame dynamique du Grand Sudbury et ancienne directrice de CBON. Et, en fait, je suis bénéficiaire de ce qu’elle a bâti, puisque j’avais travaillé aussi à la station radio comme journaliste et j’ai été formé par des personnes qu’elle avait elle-même propulsé», témoigne-t-il. 

Marcel Vaillancourt tenait également à voir le témoignage d’une personne qui avait grandi dans le Sudbury des années 1940. 

«En lisant sa biographie, je suis pas mal certain que je vais apprendre plus sur le nord de l’Ontario et même sur toute la province. Puis, lire sur l’enfance d’une Franco-Ontarienne du centre-ville de Sudbury, dans les années 1940, c’est quelque chose de précieux. C’est aussi intéressant de lire sur le cheminement d’une dame qui a œuvré au niveau national et a vraiment occupé des postes fort importants très jeunes dans sa vie», a-t-il ajouté.